Elections prud'homales, Force ouvrière fait appel au Buzz en ligne et le marketing viral

Deux vidéos, amateurs en apparence, montrant un patron menaçant salariés et syndicat ont fait le tour du Web. Il s'agit en fait d'une opération de marketing viral de Force ouvrière.

Lire la suite

vendredi 14 novembre 2008

Double casquette pour les pros du web

Les fonctions internet ne sont plus cantonnées à l’informatique. Désormais, elles touchent aussi au marketing et à la relation client.

Lire la suite

Google AdWords Quality Score (QS) et votre stratégie de liens sponsorisés

Google utilise le Quality Score (QS) pour améliorer la pertinence des annonces de liens sponsorisés rattachées à un terme de recherche. C'est une variable qui est attachée à chacune de vos expressions-clés et qui a un impact tant sur votre enchère minimale que dans la position de votre annonce dans les résultats de recherche.

En général, le Quality Score est utile pour les utilisateurs qui effectuent des recherches, les annonceurs et Google. Il fait le lien entre le terme de recherche, l’annonce AdWords et la page d’atterrissage. Plus ils sont pertinents les uns pour les autres, meilleur est le résultat obtenu. Plus la réponse est pertinente pour celui qui recherche, plus la combinaison du taux de clics (CTR) (Nombre de clics sur la publicité divisé par son nombre d'affichages) et du taux de conversion est élevée pour l’annonceur. L’amélioration des résultats pour un annonceur amène ce dernier à dépenser davantage de budget sur le réseau Google AdWords.

Du général au spécifique

Ce qui est frustrant pour les annonceurs c’est que, même quand ils connaissent les règles fondamentales pour améliorer le Quality Score, il reste tout de même difficile de diagnostiquer la cause d’un QS bas pour un mot-clé particulier. Peut-être qu’un jour, comme Alan Rimm-Kaufman l’a suggéré, Google trouvera une manière d’ouvrir et de sécuriser son algorithme QS.

Entre temps, jetons un coup d'œil à la façon dont Google décrit le Quality Score et à quelques observations des spécialistes. Ensuite, nous verrons comment nous pouvons mettre en oeuvre la stratégie de liens sponsorisés.

Les sources de cet article sont :

   * l'article de Google Quality Score in the Adwords Help Center,
   * un résumé du Paid Search panel session at Search Engine Roundtable,
   * un article d'Andrew Goodman
   * et un article d'Alan Rimm-Kaufman.

Bien que le niveau de qualité s'applique aux annonces ciblées par mot-clé sur le réseau de contenu, ce dernier ne représente pas un bon investissement pour la publicité en B2B.

Nous allons donc seulement évoquer comment le QS s’applique sur les annonces ciblées par mot-clé sur le moteur de recherche Google.

Les facteurs du Quality Score qui sont communs à l'offre minimale et au positionnement de l’annonce

"Votre historique de compte, qui est mesuré par le taux de clics (CTR) de toutes les annonces et les mots-clés dans votre compte"

Tout de suite, cela montre ce qui est le plus important au niveau du Quality Score. Le CTR représente l’indicateur le plus important de la pertinence d'une annonce. Ce facteur montre aussi l'importance du sujet et de son contenu. Le comportement passé devient un indicateur du comportement futur, ainsi il est nécessaire de mettre en place un compte AdWords avec des campagnes fortes et bien développées dès le début.

D’"autres facteurs de pertinence"

Quels sont ces facteurs ? A quel point sont-ils importants ? Nous ne le savons pas.

Les facteurs spécifiques à l’enchère minimale

Ces facteurs déterminent si une annonce avec votre mot-clé s’affichera. Si votre enchère maximale est inférieure à l'enchère minimale de Google, l'annonce ne sera pas affichée.

"L’historique du taux de clics d’un mot-clé (CTR) sur Google"

Si le CTR du mot-clé est bas chez l’ensemble des annonceurs Google, votre enchère minimale sera donc plus élevée. Pourquoi ? Google sait que, en général, il s’agit d’un mot-clé que les utilisateurs trouvent moins pertinent. Vous pouvez faire de la publicité sur ce mot-clé, mais vous devrez payer davantage.

"La pertinence du mot-clé de l’annonce dans son groupe d'annonces"

Les mots-clés dans chaque groupe d’annonces devraient être étroitement associés à l’ensemble des annonces de ce groupe. Ainsi, vous améliorez la pertinence de votre ciblage au sein même de votre groupe d’annonces.

"La qualité de votre page d’atterrissage"

Plus une page d’atterrissage fournit les informations que l’internaute s'attend à trouver, en adéquation avec le terme de recherche et la version de l’annonce, meilleure en sera sa qualité. Google dispose de beaucoup d'expérience en matière de jugement de qualité, grâce au classement naturel des pages dans l'index de recherche, donc Google sait comment chercher.

En fait, les porte-parole de Google et les chefs de projets ont admis qu'il y avait une similarité, dans leur réflexion sur la pertinence et la qualité, entre le référencement payant et le référencement naturel. Vous pourriez même dire que les liens sponsorisés sont simplement une extension du positionnement naturel, mais où vous avez la capacité de payer pour améliorer votre position.

Les facteurs spécifiques au positionnement de votre annonce dans les pages de résultats

Dès que vous commencez à afficher des annonces pour un mot-clé, Google peut alors utiliser le sujet et la pertinence de l'annonce pour assigner le QS au mot-clé.



"L’historique du CTR de l’annonce et la correspondance du mot-clé sur Google"

Encore une fois, le CTR est le facteur le plus important pour assigner un Quality Score. Mais ici, au lieu de chercher dans l’ensemble du réseau, c'est le CTR de votre annonce spécifique et son mot-clé qui sont mesurés. Le type de correspondance n’affecte pas le QS. Google regarde seulement les correspondances exactes pour déterminer le QS.



"La pertinence de l'annonce et du mot-clé dans les termes de la recherche"

Plus la version de l’annonce et le mot-clé sont pertinents par rapport à la requête, plus le QS sera élevé, voire le positionnement de l'annonce sur la page de résultats s'en retrouvera amélioré. Ce facteur applique la recommandation d'utiliser un large éventail de mots-clés dans votre campagne. Plus vos mots-clés seront spécifiques, plus vous aurez de probabilités que vos annonces coïncident avec l’expression-clé exacte recherchée.

Comment augmenter votre Quality Score Adwords

Ce que vous pouvez contrôler

Beaucoup de facteurs QS sont sous votre contrôle : la pertinence à la fois du mot-clé, de la version de l’annonce et de la page de destination ; un large éventail de mots-clés ; et des enchères intelligentes. Concentrez-vous sur ces facteurs avec votre budget et abandonnez les facteurs qui ne sont pas sous votre contrôle.

Concentrez-vous sur l'expérience de l'acheteur

Les acheteurs de B2B veulent trouver des informations pertinentes à tous les stades de leur cycle d'achat. Utilisez les liens sponsorisés pour augmenter votre valeur auprès de l'acheteur en lui permettant de trouver facilement les informations que vous pouvez offrir.

Le CTR est toujours le facteur le plus important

D'autres facteurs sont importants, mais le nombre de personnes cliquant sur vos annonces est la mesure la plus importante de votre qualité.

Construisez une campagne forte

Lancez de nouveaux comptes et des nouvelles campagnes du bon pied. Sélectionnez soigneusement vos mots-clés, écrivez des versions d’annonces percutantse, proposez des offres compétitives. Les experts disent que si vos mots-clés reçoivent des scores de qualité faibles, il est difficile de s’en sortir. Andrew Goodman recommande :

   * des mots-clés spécifiques
   * des annonces précises, élaborées en fonction des mots-clés
   * des pages de destination pour chaque groupe d’annonces
   * de géolocaliser si c’est nécessaire
   * de segmenter et de microcibler

Un meilleur Quality Score vous donne un avantage compétitif

Si vous améliorez votre Quality Score, vous aurez un meilleur positionnement de votre annonce sur la page, pour la même enchère. Qui plus est, si vous forcez vos concurrents avec un QS inférieur au vôtre à faire des offres d'enchères plus élevées, vous augmenterez efficacement leurs prix de vente et les forcerez à se mettre dans une position économique très peu profitable.

www.arkantos-consulting.com

jeudi 13 novembre 2008

Noms de domaine : le .tel pour des coordonnées sur IP

Deux ans après que l'organisme en charge de la gestion des noms de domaine au niveau international l'a approuvée, l'extension « .tel » fera ses premiers pas sur le Web mondial à partir du 3 décembre prochain. Ce nouveau « top level domain », dont la gestion a été confiée à la société britannique Telnic, est destiné à la constitution d'un annuaire mondial, ou chaque particulier et entreprise pourra réunir l'ensemble de ses informations de contact sur une seule et même adresse, facilement mémorisable.

Sur l'adresse « neteco.tel », on trouverait donc quelques informations pratiques sur la société éditrice du site et les différents moyens d'entrer en contact avec la rédaction, et l'on aurait la possibilité de déclencher directement un appel téléphonique en sa direction.

Qu'apporte le « .tel », par rapport à une autre extension ? Ici, il n'est pas question d'héberger une simple page Web, avec des informations de contact, mais d'associer ces dernières à la structure même du domaine, via les enregistrements DNS. Les différentes données susceptibles d'être intégrées à à un .tel (coordonnées, téléphone, adresse postale, adresse de courrier électronique, sites personnels, mais aussi profils de réseaux sociaux, points d'intérêts, ou mots clé particuliers, etc.) seront donc accessibles depuis n'importe quel terminal connecté à Internet, sans qu'il soit forcément nécessaire de lancer un navigateur Web.

Via la mise au point de plugins dédiés, les clients de messagerie devraient donc être capables assez rapidement d'aller interroger un .tel, pour récupérer les coordonnées de la personne ou de l'entreprise qui le détient. Il sera possible de mettre à jour en temps réel les informations diffusées via son .tel.

Au 3 décembre, il sera possible pour les détenteurs de marque de réserver un nom de domaine en .tel (durée minimum de trois ans). Cette période dite de « sunrise » sera suivie à partir du 3 février 2009 d'une phase de « landrush », où entreprises et particuliers pourront postuler, là encore pour une période de trois ans minimum, de façon à décourager les cybersquatteurs et autres spéculateurs. Enfin, l'accès au .tel sera pleinement ouvert le 24 mars 2009.

www.neteco.com

Comment mesurer les résultats du référencement social grâce à 10 exemples québécois

Nicolas Cossette de NVI nous fait un portrait de divers cas d'optimisation en utilisant les réseaux sociaux.

Lire la suite

mercredi 12 novembre 2008

First Maroc : Diriger votre propre film cinema à Ouarzazate !

First Maroc, spécialiste du Maroc à la carte, s’intéresse au Cinéma à quelques jours du Festival du Film de Marrakech - qui se déroulera du 14 au 22 novembre - en proposant un forfait spécial 7ème art pour faire son film "comme au cinéma" dans les studios de Ouarzazate.

Lire la suite

Les Français réduisent leurs dépenses de Noël

Touchés par la crise, ils se feront moins de cadeaux, mais tenteront de préserver leur menu de réveillon.

Lire la suite

Gmail s'ouvre aux conférences vidéo

Google propose au téléchargement un plug-in pour Mac et Windows qui permet de faire des conférences audio ou vidéo depuis Gmail.



Pour la vidéo, Google a eu recours au codec H.264. Le géant de l'internet indique que son système est compatible avec n'importe quelle webcam et permet de faire des conférences vidéo en plein écran.

Sur Mac, Chat audio et vidéo nécessite Tiger ainsi qu'un Mac Intel au minimum pour fonctionner.

Recherche en ligne : Microsoft veut compter sur l'appui de Sun

Les anciens ennemis se retrouvent : la barre de recherche MSN Live Search sera disponible en téléchargeant le plug-in Java Runtime Environment.

Lire la suite

Go Voyages innove avec un challenge ludique et interactif

Avec Air Europa et l'office espagnol du tourisme, Go Voyages lance un challenge interactif sur Internet qui fait appel à une nouvelle technologie. Les dix gagnants pourront découvrir Madrid.

Lire la suite

mardi 11 novembre 2008

Des v?ux électroniques pour Noël ?

D'un point de vue économique, le coût d'achat des cartes en papier, des enveloppes et des timbres, ainsi que le temps passé à rédiger et à signer ces cartes, et enfin le surcroît de travail pour la secrétaire imposé par la mise sous plis, représentent un coût très nettement supérieur à celui d'un envoi de cartes électroniques.

Et d'un point de vue purement marketing, les cartes par courriel possèdent un atout majeur : l'interactivité. En effet, si l’envoi est effectué par une entreprise spécialisée en e-mailing, vous aurez accès aux taux de livraison, d’ouverture et de clics.

(À propos de taux de clics, vous serez surpris d’apprendre que 15 à 20% de vos lecteurs vont visiter votre site Web à partir du lien inclus dans votre carte. Étonnant lorsqu'on pense que les destinataires connaissent déjà l'entreprise!)

En utilisant un système d'envoi pourvu de statistiques de clics, vous allez être informé des personnes qui ont montré de l’intérêt pour vos vœux. Vous allez ainsi récupérer de l'information en retour, si bien que cette opération de marketing déguisée peut devenir redoutablement efficace pour vos propres affaires.

De plus, les systèmes d'envoi de cartes électroniques, du moins pour les plus sophistiqués, permettent aujourd’hui de vous différencier de la concurrence. Comment ? Par la personnalisation.

De fait, les cartes peuvent être entièrement personnalisées, avec le nom du destinataire et votre véritable signature à la main. Vous ne donnez plus alors l'impression d'envoyer la même carte à des centaines d'autres personnes. Du moins pas plus qu'avec une carte en papier…

Si vous êtes de ceux qui pensent que ce genre d'envoi manque de classe, voici un témoignage éclairant : l'un de mes clients, qui avait l'habitude depuis plus de 15 ans d'envoyer des cartes de Noël en papier, a accepté l’an dernier l'envoi de cartes électroniques, mais à condition qu’il soit mentionné au bas de la carte que les économies de coûts en cartes seraient reversés à une œuvre de charité.

À sa plus grande surprise, ce geste a eu un effet très positif sur sa clientèle. À tel point que ses clients et fournisseurs lui en ont fait part en retour. Par courriel…

Métro Montréal

P.S : Nous vous conseillons la société Sysnek Media Group filiale de Finatech pour vos campagnes de Emailing : newsletters, cartes vœux virtuelles, ...

Profession blogueur

Pendant sept ans, Steve Hemmerstoffer a travaillé à plein temps au centre d'appels de SFR de Woippy, dans la banlieue de Metz : "Un boulot catastrophique, pas gratifiant, payé au smic, tout en horaires décalés." Depuis 2006, il menait une double vie. Dès qu'il rentrait dans son deux-pièces du centre-ville, il s'asseyait devant son ordinateur, et devenait "Stagueve", créateur et seul maître à bord de "Nowhere Else, le blog du Geek urbain" : "Au début, c'était un blog perso sans but précis, pour me changer les idées. Or ça a été une révélation. J'ai compris que j'avais trouvé ma voie."

Puis "Stagueve" décide de suivre l'actualité du secteur informatique, des jeux vidéo, et du design Internet. Il s'aperçoit vite que pour exister, un blog high-tech doit être mis à jour en permanence. Pour cela, il faut lire des centaines d'articles et de communiqués publiés par les sites Internet d'entreprise, les webmagazines américains et les forums spécialisés, puis traduire ou rédiger plusieurs articles par jour. La tâche est écrasante. Le blog dévore tout le temps libre de Steve, ses week-ends, ses soirées.

Après des mois de travail, Nowhere Else acquiert une petite notoriété dans la blogosphère - 3 000 à 4 000 visiteurs par jour, dont un millier d'abonnés. Steve passe alors à la deuxième étape. Il s'inscrit sur Adsense, le service automatique de Google, qui affiche sur ses pages des bannières publicitaires en rapport avec le sujet de ses articles, et le paie quelques euros par jour, selon le nombre de visites.

Ensuite, tout devient facile. Nowhere Else est repéré par les agences de publicité en ligne, qui utilisent des outils très sophistiqués pour mesurer le trafic des blogs, leur taille, leur contenu, et leur influence. L'agence 24.00h contacte Steve et lui offre un contrat pour l'affichage de bandeaux publicitaires. Puis la régie BlogRider lui propose d'écrire des "billets sponsorisés", articles de commande vantant les mérites d'un produit. Steve accepte, sans se poser trop de questions.

Il fait alors un petit calcul et découvre qu'il pourrait gagner autant d'argent avec son blog que chez SFR. En août, il quitte son emploi et devient de facto blogueur à plein temps. Nowhere Else s'est imposé dans sa vie comme un instrument de reconversion professionnelle et de promotion sociale : "Je gagne toujours le smic, mais à 30 ans, je me sens libre pour la première fois de ma vie. Je vais aussi toucher les Assedic."

La meilleure façon d'accroître le trafic et les recettes d'un blog est de publier des informations avant la concurrence. Il faut aussi le faire savoir, pour que le blog monte dans le classement de Google et d'une myriade de moteurs de recherche, systèmes de mesure et répertoires spécialisés. Un énorme travail de référencement vient donc s'ajouter aux tâches éditoriales. Résultat, Steve passe sa vie devant son écran : "Je me lève à 5 heures du mat'et je me couche à minuit. Parfois, je veille toute la nuit, je dors quand je m'écroule, je me nourris de pizzas et de hamburgers." Sa nouvelle carrière semble bien partie. Une troisième agence l'a enrôlé dans une opération de marketing viral pour une console de jeu vidéo, et une compagnie de télécom lui permet de tester à domicile ses nouveaux services.

Steve est l'un des 1 500 "blogueurs français influents" répertoriés par la régie Ad Rider et sa filiale spécialisée Blog Rider. Son patron, Arnaud Callone, explique qu'il a fallu réinventer la publicité pour l'adapter à la blogosphère : "Le blogueur doit rédiger ses billets sponsorisés en respectant le cahier des charges que nous lui fournissons, mais il doit aussi s'approprier le sujet, utiliser ses propres mots, conserver son ton habituel, pour que le billet s'intègre naturellement dans le blog." Le "UGC" (user-generated content, contenu généré par les internautes) est devenu un terrain stratégique pour les marques : "Le lecteur va faire confiance à ses pairs bien plus qu'à un journaliste inconnu et lointain." Les blogueurs sont libres de signaler ou non à leurs lecteurs qu'un article est sponsorisé.

Blog Rider utilise aussi ses blogueurs pour des opérations de marketing de rue : "Air France a lancé une campagne vers les jeunes. Nous avons mobilisé vingt-cinq blogueurs influents. Au jour J, ils ont averti leurs lecteurs parisiens que s'ils allaient immédiatement sur l'esplanade des Invalides, ils gagneraient cinq billets gratuits pour le Mexique. Plus de 400 jeunes ont accouru." Cela dit, Arnaud Callone revendique une éthique professionnelle, il refuse certaines campagnes : "Une compagnie pétrolière voulait placer des billets sponsorisés sur des blogs écologistes, c'était trop !"

Quelques blogs réussissent déjà à dégager assez de revenus pour nourrir une petite équipe. Anh Phan, 32 ans, ancien ingénieur informatique, a quitté un emploi stable et bien payé pour devenir blogueur pro : "J'ai subi une baisse de revenus, mais ma compagne était d'accord pour tenter l'aventure, et elle a gardé son emploi salarié." Son blog high-tech, Le Journal du Geek, reçoit plus de 25 000 visites par jour, et génère un chiffre d'affaires de 7 000 euros par mois. Anh a embauché un rédacteur et un stagiaire : "Une fois que j'ai payé tous mes frais, il me reste 2 000 euros par mois, je m'en sors."

Dès qu'Anh a été classé "influent" par les publicitaires, sa vie a changé : "J'ai découvert le fameux monde des journalistes, où tout est gratuit." Les nouveaux produits informatiques arrivent directement chez lui par La Poste, et les agences de communication l'invitent à des voyages de presse : "On m'a emmené aux Etats-Unis, à Berlin, à Barcelone, à Ibiza, à Val-d'Isère... Je me retrouve avec des journalistes de la presse classique. Aucun problème, ils m'acceptent comme un des leurs." D'ailleurs, il reconnaît que, en se professionnalisant, Le Journal du Geek ressemble de plus en plus à un webmagazine : "On garde un ton intime, mais on se permet moins de blagues ou de méchancetés, et on élargit nos centres d'intérêt." Anh accepte les bannières publicitaires, les liens et les publi-reportages rédigés par les agences. En revanche, il a cessé d'écrire des billets sponsorisés, qu'il considère comme des publicités un peu déloyales.

D'autres font feu de tout bois. Romain Libeau, 21 ans, étudiant en communication, publie un blog fourre-tout (voyage, show-biz, musique, gadgets...), baptisé sans fausse modestie RomainLibeau. com. Selon l'actualité people de la semaine, son trafic varie de 3 000 à 15 000 visiteurs par jour. Il gagne près de 1 000 euros par mois, car il utilise toutes les formes de rémunérations imaginables - articles sponsorisés, bandeaux, affiliation à des sites marchands qui lui reversent une commission, et même liens publicitaires dans le corps de ses articles : "Une société spécialisée scanne mes textes, détecte des mots-clés et y attache un lien. Si par exemple j'écris le mot "disque dur", il suffira de cliquer dessus pour arriver sur le site d'un marchand de disques durs."

Par ailleurs, Romain a créé Le Journal du blog, guide pratique pour blogueurs débutants, sponsorisé par Blog Rider, qui lui verse 600 euros par mois. Romain se fait aider par des pigistes : " J'ai un rédacteur en chef, il est au chômage en ce moment, je lui donne 200 euros par mois. Les autres touchent 50 euros. Pour le moment, je ne garde rien pour moi."

On assiste aussi à l'arrivée en force des "blogs de filles" pro ou semi-pro, consacrés à la mode, la beauté, les sorties et l'actualité culturelle. DeeDee-de-Paris, blogueuse célèbre, maîtrise parfaitement l'art de mettre un produit en valeur tout en conservant un ton intime et personnalisé : "Guerlain est une de mes (nombreuses) madeleines... L'odeur de Mitsouko, entêtante, puissante, raffinée de ma maman. Je la revois se penchant pour m'embrasser avant de se sauver pour quelque dîner... J'en garde un souvenir ému !"

Deedee, de son vrai nom Delphine Desneiges, 29 ans, a longtemps été blogueuse amateur : "Après Sciences Po, j'ai travaillé comme consultante en communication, mais ça ne me satisfaisait pas. Comme j'ai toujours été passionnée d'écriture, j'ai créé mon blog perso, pour m'entraîner." En 2007, les responsables Internet du groupe Marie-Claire la repèrent et lui font une offre d'achat : "Comme je n'avais pas envie de vendre, nous avons conclu un accord. DeeDee-de-Paris restait indépendant, et je travaillais en parallèle pour leurs sites."

Aujourd'hui, Delphine est salariée de Marie-Claire, responsable éditoriale du site de Cosmopolitan France. Il lui reste ses soirées et ses week-ends pour redevenir DeeDee. Son blog est un terrain de jeux qui n'obéit pas aux règles journalistiques : "C'est amusant, mes lecteurs s'imaginent que tout ce que je raconte est véridique, alors que je romance beaucoup."

DeeDee a signé un contrat exclusif avec une régie publicitaire filiale d'un grand prestataire Internet, ce qui lui assure entre 800 et 1 800 euros par mois. Mais les relations se tendent : "Ils s'imaginent que si on tient un blog de mode, on est forcément une blonde décérébrée et ignare. Ils essaient de nous imposer des contrats improbables, de nous placer des billets sponsorisés sans rapport avec notre ligne éditoriale, et, quand on n'obéit pas, ils nous harcèlent." Si les choses ne s'améliorent pas, elle envisage de changer de régie, ce qui ne devrait pas être difficile : ce secteur est en plein essor, la chasse aux blogueuses influentes bat son plein.

LeMonde.fr

lundi 10 novembre 2008

Le SNCD veut annuler la marque "emailing" considérée comme générique

La fédération des pros du marketing porte plainte contre la société Ludopia qui a déposé cette marque et qui cherche à la faire fructifier.

Lire la suite

Vente de chaussures : Sarenza qui rit, Bata qui pleure ?

La même semaine, deux actualités se croisent : Sarenza gagne enfin de l’argent depuis septembre 2008, tandis que Bata ne cesse d’en perdre depuis 2 ans.

Sarenza annonce ainsi l’ouverture de son site dans un autre pays européen avant la fin de l’année, tandis que Bata fermera 30 magasins en 2009 en France.

Sarenza et Bata, en chiffres :

Quelques chiffres, relevés à la lecture de L’Express et de Nouvel Obervateur :

- Nombre de salariés : Bata France Distribution = 1 022 salariés ; Sarenza = 30 salariés (hors logistique).

- Rentabilité : Sarenza est rentable depuis septembre 2008 ; Bata perdra en 2008 de l’argent pour la deuxième année consécutive.

- Chiffres d’affaires : 8,7 millions d’euros de chiffre d’affaires 2007 pour Sarenza ; Le C.A. de Bata baisse de 3,5% par an depuis 2005.

- Trafic sur les sites : là, c’est un graphique que je suis allé faire sur Google Trends. C’est une mesure imparfaite, mais on voit bien que le fort trafic sur le site Sarenza est sans commune mesure avec celui de Bata.fr (site institutionnel) ou de BataShop.fr (boutique en ligne).

Sachant que Sarenza revendique officiellement 1,1 million de visiteurs uniques en juillet 2008, on peut estimer que BataShop en a 5 fois moins. Pourtant, Bata est une marque forte, plus que Sarenza.

Le bon potentiel de Bata sur internet

Tout d’abord, je suis triste pour les salariés de Bata. Perdre son emploi, au début d’une phase de crise économique, ce n’est pas une chose agréable. Ensuite, les comparaisons de cette sorte n’ont que des valeurs relatives :

- les charges de Bata, notamment les loyers des magasins, en forte hausse, ont bien plombé les résultats. Sarrenza ne connaît pas ce type de charges.

- Sarenza a mis en place des moyens importants pour faire croître le trafic de son site : programme d’affiliation, référencement naturel efficace, buzz avec sa course en escarpins, etc.

Donc, il est normal que le tafic sur le site de Sarenza soit plus fort, puisque les dépenses sur ce poste de Bata doivent être moins fortes. Notez aussi que les internautes recherchent à peu près autant une marque que l’autre (d’après mes stats sur Google)

- des chaînes de magasins de chaussures telles que Desmazières ou Jef Chaussures semblent avoir bien pris le virage de l’internet. Donc, Bata a le potentiel d’être un bon concurrent face à tous les Sarenzas du monde.

Bon courage à Bata, bravo à Sarenza.

www.chaussure-femmes.com

Avec Obama, bienvenue à la Maison Blanche 2.0

En arrivant à la Maison Blanche, Barack Obama pourrait amener avec lui sa passion de l'internet et inaugurer un nouveau type de gouvernement basé sur le dialogue entre son administration et les internautes.Evènement

Lire la suite

Mythes Google pour les webmasters !

A l?occasion de la 3eme édition du Google Webmaster Chat qui s?est tenu le 21 octobre dernier une présentation de John Muller (Webmaster Trends Analyst) mettait en avant le Top 10 des mythes du référencement que véhiculent certains autour du célèbre moteur de recherche. En voici un bref résumé.

Top 10 des mythes autour du référencement sur Google :

  • * Le duplicate content pénalise votre site !
  • * Mixer HTML et XHTML gênera la validation de la meta Google Webmaster Tool !
  • * Etre indexé dans 1000 moteurs de recherche et annuaires est important !
  • * Participer à Google Analytics, Adsense ou Adwords boost votre site
  • * Si un mot clé est important, c?est important de le répéter dans des endroits et des pages importantes du site !!?? (ouais heu ? j?ai pas tout compris, enfin en gros pas de densité de mot clé optimale mais là je pense qu?il y a à redire?)
  • * Utiliser le protocole sitemap.xml pénalisera votre positionnement !
  • * Le Page Rank est mort / Le page Rank est tout !
  • * Soumettre votre site régulièrement à Google est vital !
  • * Quand votre site Web est bien positionné, il ne faut plus y touchez !
  • * Avoir la validation W3C XHTML vous permettra de mieux vous positionner !
Quelques mythes supplémentaires :

* Mettre la commande disallow dans votre fichier robots.txt permettra de supprimer votre site / page de l?index du moteur (Pour cela mieux vaut passer par l?outil de suppression de Google Webmaster Tools !). * Plus vous avez de liens mieux c?est ! * Le plus important quand on fait un site Web c?est d?être positionné premier ! * C?est mieux de laisser ses anciennes URL renvoyer un code 404 (page inexistante) comme ça les nouvelles seront naturellement indexée ! * Utilisez ?index,follow? dans le meta tag robot est important (autant rien faire, Google sait se débrouiller comme un grand) * Héberger votre site Web sur une IP partagée fera chuter votre site.

Pour ceux qui désirent voir la présentation en entier je la mets à disposition ci-dessous. Bonne lecture.
Source : www.blogoergosum.com

vendredi 7 novembre 2008

Wat.tv permet à TF1 de creuser son sillon sur le Web

La plate-forme vidéo a fait sa mue et voie son audience bondir. Wat.tv pourrait devenir à terme la pierre angulaire de la stratégie VOD de TF1. Entretien avec Stéphane Beillaud, directeur marketing

Lire la suite

1ère licence professionnelle de référenceur et de rédacteur Web

Paris, le 5 novembre 2008. Depuis septembre dernier, Scopeo, agence Webmarketing spécialisée dans le référencement de sites Internet, s’associe à l’Institut Universitaire de technologie de Mulhouse en mettant à disposition le savoir-faire de ses équipes pour donner des cours sur le référencement. Ce programme universitaire, premier du genre en France et pour lequel Scopeo a activement participé dans sa création, est une licence professionnelle de référenceur et rédacteur de sites Web.

Proposée par la voie de l’apprentissage en alternance, cette formation vise à améliorer la visibilité des sites Web, en particulier sur les moteurs de recherche (Google, Yahoo, …). Son objectif est de former des spécialistes du référencement et de la rédaction de sites web à destination des agences spécialisées dans le référencement et/ou de la création de sites Web, ou encore des sociétés souhaitant développer et/ou améliorer leurs ventes en ligne (e-commerce) ou désireuses d’optimiser la visibilité de leur propre site Internet.

Scopeo est une agence Webmarketing née en 2003 qui se distingue par sa vision globale et originale du référencement en intervenant , en amont de la création d’un site, sur sa refonte, tout en donnant une expertise marketing ou technique, ergonomique ou fonctionnelle. Mais la particularité même de Scopeo repose sur sa capacité de transmission de savoir au travers de services de formation, de suivi et de conseil personnalisé. En effet, avant même de se spécialiser dans le référencement et le Webmarketing de façon générale, Scopeo est historiquement un centre agréé en formation avec une expérience de plusieurs années dans le domaine de l’Internet et plus particulièrement dans le référencement. L’ambition de Scopeo est de pouvoir partager ses compétences afin d’internaliser cette expertise au sein même des entreprises. C’est donc dans cette optique, que Scopeo s’investit en tout point dans la formation au métier de référenceur.

« L’idée de se lancer dans l’aventure de la transmission de savoir au référencement était basée essentiellement sur le constat qu’un bon référencement requiert aussi bien de la compétence d’un spécialiste, qu’un temps considérable de travail. A partir de là, la formation au référencement permet aux sociétés en quête de performance, de gagner en autonomie, de passer le temps nécessaire sur leur propre référencement tout en étant accompagné, suivi et coaché par Scopeo. Aujourd’hui, 100% des prestations de transmission de savoir et de référencement collaboratif délivrés par Scopeo sont de véritables succès tant au niveau des résultats obtenus que dans la méthodologie de travail avec le client et de la satisfaction qui en résulte » déclare Michael GUEZ, Directeur Associé de Scopeo

En parallèle et avec le concours de l’APEC, Scopeo est en passe de faire reconnaître ses compétences par la Commission Nationale de Certification Professionnelle. Inédite, la méthodologie de référencement Scopeo fera ainsi partie du programme de formation longue durée de L’APEC.

Indice RH

mercredi 5 novembre 2008

Obama vs. McCain, le combat sur le nombre de recherches Google

Hier Barack Obama a été élu premier presedent noir du états unis d'Amérique, il a battu le candidat républicain le sénateur John McCain. En analysant le volume de recherche sur le Web et les mots clés recherchés sur Google, on pouvait prévoir ce résultat ?

Lire la suite

mardi 4 novembre 2008

Pourquoi la notion de "Longue Traine" est-elle essentielle dans une stratégie de référencement ?

Le concept de Longue Traîne a été mis en lumière en 2004 par Chris Anderson, rédacteur en chef du site Wired, et tend à prouver que les articles les plus populaires, sur un site de vente en ligne, ne génèrent qu'une partie minoritaire du chiffre d'affaires, l'immense majorité de celui-ci étant pourvu par les très nombreux articles achetés uniquement à quelques exemplaires, l'effet de masse jouant à plein. Nous avons pu nous apercevoir que cette téhorie s'appliquait également parfaitement au référencement et au trafic généré par les moteurs de recherche, à tel point qu'il semble indispensable aujourd'hui de prendre en compte cette notion de Longue Traîne dans une stratégie de visibilité sur les moteurs de recherche. Explications...

On doit la notion de "longue traîne" (ou long tail en anglais) à Chris Anderson, rédacteur en chef de la revue Wired, qui a développé ce concept dans un premier aticle pour la revue dont il s'occupe, puis sur son site web (http://www.thelongtail.com/) ainsi que dans un livre intitulé "The Long Tail" (traduit en français également mais la plupart des personnes qui ont lu les deux versions semblent avoir préféré l'original).

Principe de la longue traîne

Le principe de la longue traîne est apparu à Chris Anderson lorsqu'il a pu explorer les statistiques de ventes de sites web de commerce électronique comme Rhapsody (téléchargement de musique), Netflix (vente de DVD) ou Amazon. En inspectant une courbe présentant en abscisse les produits vendus et en ordonnée le nombre de ventes, il s'est rapidement aperçu que la courbe pour chacun des sites étudiés ressemblait à ceci :

La partie rouge (la "tête" de la Longue Traîne) représente les best-sellers : peu de produits très populaires représentant de très nombreuses ventes. La partie jaune ("queue" de la Longue Traîne) est représentative de produits peu vendus (parfois une à deux ventes par mois) mais en très grand nombre.

Le concept de Longue Traîne devient très intéressant lorsqu'on s'aperçoit qu'en fait, c'est la "queue" de cette Longue Traîne qui génère le plus souvent 80% du chiffre d'affaires de ce type de site... C'est ainsi un très grand nombre de produits vendus très peu souvent qui, par leur masse, représente la majeure partie du bénéfice d'un site web tels que ceux inspectés par Chris Anderson.

De plus, si ce concept se vérifie pour, par exemple, des livres papier, il n'en reste pas moins vrai qu'il existe un besoin impératif de stockage de ces exemplaires papier, et ce stockage représente un coût... L'idée de Longue Traîne est donc encore plus intéressante pour des produits numériques (films, musique, études au format PDF, etc.) pour lesquels le coût de stockage est aujourd'hui quasi nul... Si vous arrivez à proposer en ligne tout ce qu'il est possible d'écouter en termes de musiques sur la planète, soit des millions, voire des milliards de morceaux, le constat de la Longue Traîne fait que vous pouvez être quasiment sûr que chacun d'entre eux sera au moins acheté une fois sur une année, générant ainsi un chiffre d'affaire considérable...

Les moteurs de recherche sont typiquement des outils basés sur un concept de "longue traîne". D'ailleurs, le marché publicitaire sur les liens sponsorisés, permettant de mettre en place des enchères potentiellement sur des millions de mots, est là aussi un marché-type de Longue Traîne... Et, quelque part, les moteurs de recherche, basés sur l'exploration des pages web, ne sont-ils pas la Longue Traîne des annuaires, qui n'inspectent que des fiches descriptives de sites ? Eric Schmidt, PDG de google, n'a-t-il pas dit, lors de la première assemblée générale des actionnaires du moteur, que la mission de sa société était d'être "au service de la Longue Traîne" ? On ne saurait être plus clair...

La Longue Traîne et le site Abondance.com

Nous venons d'expliciter rapidement (nous ne pouvons que vous encourager à lire le passionnant livre de Chris Anderson pour en savoir plus) ce concept de Longue Traîne qui révolutionne actuellement plusieurs concepts de l'économie numérique... Mais il existe un point qui n'est pas abordé (à moins que nous ne l'ayions manqué lors de notre lecture de l'ouvrage...), c'est l'application de ce concept au monde du référencement.

Ainsi, nous avons dans un premier temps inspecté les statistiques "mots clés" du site "abondance.com". Dans l'immense majorité des outils statistiques disponibles sur le marché, il existe une catégorie d'informations indiquant avec quels mots clés les internautes ont trouvé votre site sur les moteurs de recherche. C'est le cas de notre outil de stats (même s'il était limité par défaut aux 1 000 mots clés les plus populaires, nous avons pu retrouver les stats exhaustives que le système avait bien sauvegardé dans ses fichiers de données). Nous avons ainsi recoupé des informations sur les 25 296 requêtes qui avaient permis de trouver le site web en question sur les différents moteurs de recherche du Web pendant un mois.

Il s'est rapidement avéré que : - Moins de 10 requêtes ont généré chacune plus de 1% du trafic "moteurs" : abondance (6,4%), miserable failure (2,2%), virtual earth (2,2%), moteurs de recherche (1,8%), robots.txt (1,7%), google video (1,2%), youtube (1,1%), humour (1%). - Si l'on ne prend en compte que les 100 premières requêtes les plus populaires, la courbe est déjà typiquement celle d'une Longue Traîne :

- Les 10 premiers mots clés ont généré 19,77% du trafic "moteur" (soit 16 637 visites sur les 84 124 amenées par les moteurs de recherche sur le mois testé), les 80,23% restant étant constitué par 25 286 expressions différentes, représentant chacune moins de 0,8% du trafic global... Un pur phénomène de "Longue Traîne"... - La dernière requête à générer au moins 0,1% du trafic (moteur recherche video) occupe le 84ème rang. Ainsi, à partir de la 85ème expression, elles génèrent toutes moins de 0,1% du trafic "moteur" total... - La 1 000ème requête identifiée (exemples, du 990ème au 1 000ème rang : solution paiement en ligne, recherche en langue arabe, msn recherche, mon google, barre d'outils, localisé, moteurs de recherche vidéos, référencement sur moteur de recherche, annuaire besançon, le top, top mot clé) génère encore 7 visites par mois sur le site... - La 4 000ème requête (adsense rss) est encore demandée 2 fois dans le mois...

Ainsi, le site a été trouvé, sur un mois, 19 334 fois grâce à un mot clé qui a généré une visite unique. Une paille qu'il est difficile de négliger en termes de trafic...

Ainsi, en étudiant les statistiques du site Abondance.com, nous avons pu nous apercevoir à quel point la théorie de la Longue Traîne pouvait très facilement s'appliquer au référencement et aux statistiques de trafic sur son site généré par les moteurs de recherche. D'autres recherches et études que nous sommes en train d'effectuer dans un cadre plus large sur d'autres sites web, bien plus connus qu'Abondance, semblent aujourd'hui donner exactement les mêmes résultats statistiques. Une bonne raison pour tenter d'extrapoler ce phénomène dans le cadre d'une stratégie de référencement globale...

Extrapolation de la Longue Traîne dans le cadre d'une stratégie de référencement

Lorsqu'on met en place une stratégie de référencement pour un site web, l'un des premiers réflexes que l'on a le plus souvent est de définir les mots clés sur lesquels on va tenter de positionner son site. En faisant cela, on va en fait "nourrir" la tête de la Longue Traîne avec des mots clés que l'on désire avant tout voir comme des "best-sellers". C'est, en revanche, le contenu textuel de votre site qui va nourrir la queue de la Longue Traîne...

Ainsi, si l'on désire optimiser son référencement en prenant en compte ce phénomène de "Longue Traîne", il faudra :

- Choisir ses mots clés de départ avec soin, sachant qu'il y a de fortes chances pour que ces mots clés choisis pour le positionnement ne représentent que 20% du trafic généré par les moteurs de recherche. Cependant, il y a également de fortes chances pour que ce trafic soit bien ciblé et de "bonne qualité" puisqu'il correspondra à des mots correspondant à votre activité et que vous avez choisis comme étant pertinents pour trouver un site comme le vôtre... A vous donc d'optimiser certaines pages de votre site pour les mettre en valeur. La stratégie à adopter est donc, chronologiquement parlant :

  • Choix des mots clés ;
  • Optimisation de certaines pages du site en fonction de ces mots clés ;
  • Mesure du trafic généré spécifiquement sur ces requêtes.

On parlera ici de "trafic maîtrisé"...

- Optimiser la structure des pages de vos sites pour qu'elles mettent en valeur leur contenu éditorial afin de favoriser la "queue" de la Longue Traîne. Dans ce cas, vous ne maîtrisez, par définition, pas vraiment les positionnements obtenus, donc un certain pourcentage de ces expressions générera un trafic "stérile". Mais il y a fort à parier que, dans le "lot", certains mots clés seront très intéressants, même s'ils n'ont pas été imaginés ainsi dès le départ. Dans ce cadre, la stratégie à mettre en œuvre est différente :

  • Optimisation du code HTML (titre en balises H1, adéquation entre balise Title, contenu de la balise meta Description, titre éditorial, texte de la page, importance du premier paragraphe de texte, etc.) des "masques" ou "templates" de vos pages selon les règles du "3C" (voir article à ce sujet dans cette lettre).
  • Eciture du contenu si possible en tenant compte des contraintes des moteurs (titres descriptifs, chapos contenant les mots clés importants pour bien comprendre le contenu de la page, mots clés importants en gras, intitulés de liens explicites, etc.).
  • Mesure du trafic global généré par ces termes "secondaires"...

Le trafic dans ce cas devient "opportuniste" (ce qui n'a rien de péjoratif...)...

On le voit, les deux stratégies sont très complémentaires... Il est en tout cas certain que le concept de Longue Traîne ne peut plus aujourd'huiêtre ignoré dans le cadre d'un référencement. Il faut absolument, pour mettre en place une stratégie gagnante de visibilité sur les moteurs de recherche, soigner à la fois les mots clés qui vont nourrir la tête comme la structure du site qui va mettre en avant les mots clés de la queue de cette "Long Tail". Un travail certes parfois long mais qui peut rapidement porter ses fruits de façon très efficace...

http://docs.abondance.com/question123.html

lundi 3 novembre 2008

Que devez-vous trouver dans un audit référencement SEO ?

Si vous faites du référencement en interne, la plupart du temps, vous maîtrisez l'essentiel du référencement. Maintenant, il est temps d'introduire dans votre équipe une personne plus expérimentée pour apporter une perspective plus fraîche, procéder à un audit référencement SEO minutieux de votre travail, combler les lacunes et convaincre votre direction que des recommandations plus pointues (et coûteuses) sont vraiment dans l'intérêt de l'entreprise.

Ce dont vous n'avez pas besoin dans un audit référencement SEO

Vous n'avez pas besoin d'un audit référencement SEO qui vous dise ce que vous savez déjà

Si les points forts que l'on vous vante dans l'audit référencement SEO sont les balises TITLE, ALT et meta description, cela ne mérite pas votre investissement... Vous savez déjà que c'est une bonne chose en référencement. De plus, vous pouvez obtenir ces éléments depuis le Centre d'Aide pour Webmaster de Google. Bien que chaque audit référencement SEO doive inclure ce genre de données, elles ne doivent pas constituer le pilier de l'audit.

Au lieu de cela, on devrait vous parler de ce qui différencie en réalité le conseil de l'audit référencement SEO lui-même. C'est particulièrement vrai si vous faites du référencement en interne, parce que vous avez déjà probablement su trouver les problématiques. Ce que vous cherchez, c'est une nouvelle perspective.

Vous n'avez pas besoin d'un audit référencement SEO pour vous dire de choses qui sont incorrectes

Malheureusement, cela arrive. Un ami à moi, directeur d'agence web, a récemment divulgué une partie de son Hall of Shame en matière d'audit référencement SEO, les diagnostics qu'il a rencontré en des années d'exercice dans le référencement. C'est vous dire comment nous avions pu en rire.

Vous n'avez probablement pas besoin d'un audit référencement SEO à moindre coût

Tout d'abord, un bon référenceur sait ce que son travail vaut, et que le ROI de son conseil (lorsqu'il est implémenté) est bien supérieur à l'investissement. Ensuite, lorsque l'on parle de référencement, vous devez en avoir pour votre argent. Si vous avez un site relativement petit, vous pouvez trouver à faire un audit référencement SEO convenable entre 1.000 et 3.000 Euros, fourni par quelqu'un ou une agence qui tient la route. Mais si vous êtes une importante société, vous méritez quelque chose de bien mieux, le conseil en référencement SEO étant inestimable car il doit prendre la forme d'une aiguille dans une meule de foin, et votre marque mérite donc en ce sens quelque chose de robuste.



Ce dont vous avez besoin dans votre audit référencement SEO

La valeur de votre argent - demandez ce que vous allez avoir selon votre budget, comment le rapport est-il livré et quelle longueur a-t-il ?

Le conseil tant stratégique que technique, vous mettant à l'abri de vos concurrents.

Un rapport taillé à la mesure de votre activité - pour les sociétés importantes, la plupart des audits référencement ne vous donneront pas ce dont vous avez réellement besoin.

Diverses expériences et exemples que vous pouvez remonter à votre hiérarchie pour vous aider à vendre des idées novatrices en référencement.

Un audit à la mesure de votre marque. Si vous êtes une grande marque, obtenez l'expertise que votre nom mérite. Il est votre atout majeur, faites-le briller dans les moteurs de recherche et non apparaître dans l'ombre de vos concurrents. Il y a tant de mauvais conseils dans le monde du référencement que vous avez besoin de quelque chose qui préservera votre nom de marque contre les variations de positionnement dans les moteurs de recherche.

Combien devriez-vous dépenser pour un audit référencement SEO de qualité, efficace et générateur de revenu ?

Un audit référencement SEO n'est pas quelque chose que vous devez sacrifier. Vous devez investir dans un conseil solide comme le roc qui impressionnera votre direction et qui vient de quelqu'un qui connaît le ROI sur le type de conseil en référencement dont vous avez besoin.

J'ai observé ce type de conseil en référencement dans une fourchette située entre 5.000 et 25.000 Euros. De mon expérience personnelle, je trouve que le coût des consultants freelance est dans la tranche inférieur du spectre des prix en comparaison de celui des grandes agences de référencement (quoique ce n'est pas toujours le cas).

Alignez-vous sur ce que vous préférez comme méthode de travail et avec quelque chose qui est en harmonie avec vos besoins en référencement : une grande agence avec beaucoup de ressources mises à votre disposition pour vous aider à mettre en place les recommandations, ou un consultant freelance avec une plus petite liste de clients, qui vous fait le travail et qui est votre seul interlocuteur. Des deux, vous pouvez obtenir les meilleurs conseils, si vous les choisissez de manière avisée.

Un bon audit référencement SEO peut coûter entre 5.000 et 25.000 Euros ?!?!

Pendant que vous recevez cet électrochoc, gardez en mémoire ceci :

Un bon audit référencement SEO vous dit exactement ce que vous devez faire pour améliorer vos positionnements. C'est quelque chose que vous pouvez utiliser pour créer une feuille de route SEO. Faites-y souvent référence.

Un bon audit référencement SEO vous donnera probablement beaucoup de pistes à exploiter durant les 6-12 prochains mois. Cela signifie que vous aurez de quoi vous occuper pendant quelques temps, et donc ne pas avoir besoin d'un nouvel audit avant longtemps.

Un bon audit référencement SEO peut être rentabilisé en quelques semaines ou quelques mois, si vous implémentez les recommandations indiquées.

Un bon audit référencement SEO doit émaner de quelqu'un qui a des années d'expérience, de préférence avec de grandes marques et travaillant avec des sites faisant face à des défis semblables aux vôtres.

Un bon audit référencement SEO ouvrira les yeux de votre direction et vous aidera à obtenir des pistes à travailler de façon prioritaire.

Un bon audit référencement SEO peut confirmer que vos idées peut-être "saugrenues" ne l'étaient pas forcément, cela montrera à votre direction que vous connaissez votre métier et que vous n'êtes pas là pour rien.

Un bon audit référencement SEO apporte une perspective fraîche et propulse votre travail de référencement au niveau supérieur.

http://www.arkantos-consulting.com