Les feuilletons turcs sont-ils proches de la société musulmane? C’est en tout cas le constat que l’on a fait quand on mesure le succès grandissant de ces productions, venues du pays de la Mosquée Bleue, qui garde jalousement les plus beaux souvenirs du prophète Mohammed (Qsssl).

Après Nour avec l’acteur Kevang Tatlitog où Mohannad et Sidav Osei sont les héros, un nouveau feuilleton turc intitulé Mirna et Khalil ou Menekse Ile Halil, qui fait fureur dans les ménages algériens et arabes. Une nouvelle histoire turque à l’eau de rose. Mirna est une jeune fille turque immigrée avec ses parents en Allemagne où elle rencontre Khalil. Travaillant tous les deux dans un restaurant, ils tombent amoureux l’un de l’autre. Mais son père veut la forcer à se marier avec un autre homme qu’elle n’aime pas. Elle renonce au mariage et s’évade à Istanbul en compagnie de son amoureux Khalil. Le père envoie son fils et son beau-fils à ses trousses pour la tuer et laver ainsi le déshonneur. S’ensuit une véritable succession de bouleversements et d’aventures qui accrochent chaque soir les Algériens et l’ensemble de la communauté arabe sur MBC Drama.

Au-delà de l’histoire anodine d’une histoire d’amour entre deux êtres, c’est surtout la culture musulmane des Turcs, la qualité des comédiens, la musique orientale et les décors somptueux des deux rives du Bosphore, qui attirent les téléspectateurs arabes et maghrébins.

Ce succès est plus étonnant quand on sait que ces feuilletons d’amour qui font tourner la tête des jeunes filles et qui font rêver les ménagères, sont produits depuis l’arrivée au pouvoir des islamistes de l’AKP. Un parti islamiste modéré qui dirige la Turquie depuis le 3 novembre 2002: de Tayep Erdoðan qui est devenu Premier ministre en mars 2003. Réélu le 22 juillet 2007 avec 46,7% des voix, il conservera le poste de Premier ministre. Mieux encore, le président turc élu le 28 août 2007, Abdullah Gül, est également issu de l’AKP. Il a été élu 11e président de la République turque grâce à la majorité parlementaire de l’AKP.

Peut-on imaginer un instant un gouvernement islamiste modéré, quel que soit le pays arabe, autoriser la production en chaîne de feuilletons où il est question d’histoire d’amour illégitime? Impossible! En tout cas pas en Algérie. Mieux encore, dans les feuilletons turcs on montre explicitement des relations extra-conjugales ou de concubinage, ce qui n’est pas trop apparent ou souvent caché dans les films ou feuilletons algériens et même égyptiens. Dans Mirna et Khalil, on montre bien Zaher, le frère de Mirna, vivre sous l’hospitalité d’une prostituée, alors qu’il a comme objectif de venger l’honneur de sa famille parce que sa soeur a quitté le domicile familial pour vivre son idylle amoureuse avec Khalil.

Même si le cinéma turc est connu pour ses contenus durs, il reste très conservateur et ne brûle pas la ligne rouge de la société musulmane. Ainsi, on ne verra pas dans les feuilletons turcs des baisers sur la bouche, mais sur le front. Ce qui constitue dans la religion musulmane un signe de protection. La main dans la main, qui est souvent utilisée dans les feuilletons turcs à l’eau de rose, nous renvoie à la véritable et sincère histoire d’amour, dans le respect et la dignité.

http://blog.referencement.ma/ecrire/poster.php