Le Salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget fête son centenaire, dans un contexte de la crise économique mondiale et l’accident de l’A330 d’Air France au large du Brésil, le 1er juin dernier.

Cette année, la communication des constructeurs devrait être plus discrète, la guerre des chiffres, des communiqués et annonces de contrats entre Boeing et Airbus, les deux géants de l’aéronautique, n’aura sans doute pas lieu.

L’année 2009 sera la première depuis 2001 à afficher un recul du trafic, passager et fret. Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), le nombre de passagers baissera de 8% cette année à 2,06 milliards, comparé à 2008. Et la quantité de marchandises transportées devrait chuter de 17% à 33,3 millions de tonnes.

Avec un trafic et des revenus en berne, les compagnies aériennes réduisent la voilure, elles ferment ou réduisent certaines lignes, volent avec des avions de plus petite capacité. Dans ce contexte, elles ont tendance à décaler les livraisons d’avions déjà commandés, voire à les annuler. Une situation qui a conduit Boeing à supprimer en début d’année près de 10.000 postes. De son côté, Airbus, a du réduire, le nombre de ses sous-traitants et les contrats à durée déterminée.

L’aviation d’affaires marque le pas

L’aviation d’affaires est également touchée de plein fouet même si quelques signes de reprise commencent à apparaître sur le marché des appareils d’occasion. Deux constructeurs américains de business jets, Cessna et Gulfstream, ont d’ailleurs renoncé à venir au Bourget. La forte réduction de la production a conduit à de nombreux licenciements aux Etats-Unis.

Toutefois, ce secteur jouit toujours d’une certaine vitalité. Malgré des calendriers réajustés, peu de développements ont été suspendus. Les mini-jets conçus aux Etats-Unis ou au Brésil arrivent très progressivement dans l’hexagone. Parmi les nouveautés présentées en vol, le Sukhoï SuperJet 100 est très attendu. L’avion régional russe constituera l’un des principales attractions du salon avec une première présentation en vol en Europe.

En vol et au statique

Côté démonstrations, le long-courrier 787 ou "Dreamliner" de Boeing et l’avion de transport militaire d’Airbus A400M, que l’on espérait il y a deux ans voir voler au Bourget, brilleront par leur absence, victimes de retards dans leur programme de construction. Le vol d’essai du 787 aux Etats-Unis est cependant prévu avant la fin juin. La vedette de ce salon du Bourget restera donc l’A380, qui dessert Paris depuis quelques jours avec la compagnie Singapore Airlines. Très attendu, l’avion de chasse F-22 Raptor de l’américain Lockheed ne viendra pas non plus.

Sera présent pour la deuxième fois au Bourget, le Hawker 4000, d’Hawker-Beechcraft. Parmi les autres nouveautés, le drone à voilure tournante autrichien Camcopter S-100. Il sera le premier drone à réaliser une présentation en vol au salon du Bourget lors des journées professionnelles. L’aviation légère hexagonale sera défendue par le prototype de l’APM40, du constructeur Issoire Aviation.

Les journées grand public

Les quatre premiers jours de la semaine sont réservés aux visiteurs professionnels. Le grand public est attendu vendredi, samedi et dimanche avec des présentations en vol renforcées par la présence d’avions anciens célébrant le centenaire du salon français de l’aéronautique. Vingt-cinq machines légendaires, conçues entre 1909 et les années 60 effectueront des démonstrations en vol. Cent ans après la traversée de la Manche, l’époque héroïque sera célébrée par les vols du Blériot XI, on verra également un Morane H, un Breguet XIV et un Fokker DR1, qui se poseront au Bourget sur une piste en herbe, spécialement aménagée. Voleront également un Ju52, un DC3 Dakota et un Constellation. Enfin, ce Bourget 2009 sera marqué par le retour de la Patrouille de France, après 34 ans d’absence.

Quant au nombre d’exposants, en provenance de 48 pays, il devrait franchir le seuil des 2.000. Pour la première fois, l’Australie, la Lituanie, la Libye, le Mexique et la Tunisie participent au Salon. 1 996 exposants, 143 avions présentés, 400 000 visiteurs dont 154 000 professionnels sont les chiffres attendus de cette 48e édition. Le prix d’entrée pour le grand public est de 12 euros pour la journée.

France Info