La vidéo de Bruno Kammerl a été postée sur YouTube le 3 août et elle a déjà été vue un million de fois. Le buzz a fonctionné à plein le week-end, car le monde entier s?est posé la question de comprendre comment cet homme arrive à s?élancer sur un toboggan de 35 mètres depuis les pentes du Matterhorn jusque dans une toute petite piscine à gonfler pour que les enfants pataugent.

À l?origine, Bruno Kammerl se présente en allemand comme un ingénieur désirant mettre à terme un projet original, et il en montre l?avancée avec 3 vidéos où la seule chose que l?on comprenne est qu?il est complètement allumé. Son but : réaliser le « Megawoosh », le plus grand saut à partir d?un tremplin liquide. Sur sa chaîne YouTube, on le voit successivement se présenter en compagnie de sa charmante petite fille, pour essayer ensuite la glisse de son tremplin dans un appareil comparable aux tunnels de jeu pour hamster? à l?échelle humaine !

Dans les présentations vidéos qu?il réalise pour l?édification du public, Bruno Kammerl reste très sérieux dans sa combinaison de plongée, au point que certains pensent à de nouveaux produits Arena pour les compétitions de natation. Les championnats du monde sont encore dans toutes les mémoires. Enfin, l?original ingénieur s?élance dans une 3e vidéo la semaine dernière, sur un long toboggan de 35 mètres, réalisé avec une longue bande de plastique jaune. 3 seaux d?eau suffisent alors pour humidifier le tremplin, ce qui semble invraisemblable.



L?autre problème tient à la précision du saut, car Bruno Kammerl trouve son point d?impact dans un tout petit volume liquide au terme d?une course de plusieurs dizaines de mètres dans les airs. On pense naturellement à un traitement graphique de l?image, et des internautes remarquent un décalage entre le son et l?image. Incroyable et peu vraisemblable, le projet « Megawoosh » fait pourtant illusion et personne encore n?a compris comment le trucage a été réalisé. Même après que l?objet réel de ce teasing eût été révélé. Vendredi, un site Internet Megawoosh est mis à disposition, renommé depuis « Mach es Machbar », ce qui veut dire « Rends-le faisable » en allemand.

Car le buzz a largement dépassé les frontières linguistiques en quelques jours, l?agence de publicité McCann a dû interrompre le suspense. L?effet désiré a été largement atteint, et prolonger l?attente se serait révélé contre-productif, d?autant plus que des chercheurs et des informaticiens auraient pu participer aux recherches pour découvrir le secret de la supercherie. Le site Web de Bruno Kammerl, Megawoosh, est rapidement rebaptisé, et les publicités Microsoft qu?il affiche sont orientées vers le produit censé rendre tous les projets réalisables, Microsoft Office 2007.



Megawoosh Bruno Kammerl