Le succès du téléphone du constructeur américain fait de l'ombre à son baladeur MP3, dont les ventes ont baissé de 7 % en volume.

Ses fans l'appellent le «Jésus-phone». En multipliant ses ventes par plus de 600 % en volume et 300 % en valeur entre avril et juin, l'iPhone a bel et bien eu des effets miraculeux sur les résultats d'Apple. Grâce au succès de son téléphone multimédia, écoulé à 5,2 millions d'exemplaires sur ces trois mois, le constructeur américain a réalisé son meilleur trimestre hors période de fêtes. Malgré une conjoncture morose, son bénéfice net a bondi de près de 15 %, à 1,23 milliard de dollars, sur le troisième trimestre de son exercice 2008-2009. Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 12 % à 8,34 milliards de dollars. Sur les neuf premiers mois de l'année, Apple a ainsi dégagé un bénéfice net de 4 milliards de dollars sur 26,7 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

En générant 1,7 milliard de dollars de chiffre d'affaires, l'iPhone a été un des plus importants contributeurs aux revenus du groupe Apple, derrière les ventes d'ordinateurs portables (2,2 milliards), mais désormais devant les iPod (1,5 milliard) et les PC de bureau (1,1 milliard). Les revenus générés par ces trois familles de produits ont tous reculé sur la période. «Il y a un phénomène de substitution entre les 5,2 millions d'iPhone et les 10,2 millions d'iPod vendus sur ces trois mois, nous nous cannibalisons nous-mêmes», explique Pascal Cagni, vice-président d'Apple pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. Les ventes du lecteur MP3 d'Apple ont ainsi baissé de 7 % en volume sur le troisième trimestre et de 11 % en valeur. Seul le dernier-né de la gamme, l'iPod Touch, très proche de l'iPhone par sa forme et ses fonctionnalités, grimpe d'un fulgurant 130 %. «C'est à comparer à un marché des lecteurs MP3 en baisse de 15 à 20 %, nuance Pascal Cagni. De même, les ventes d'ordinateurs ont progressé de 4 % en volume alors que le marché global baisse de 3 %. Nous avons bien résisté parce qu'Apple n'a fait aucun compromis sur la qualité.»

Baisse des prix

En revanche, Apple a dû céder à la pression sur les prix exercée sur l'ensemble du marché par l'arrivée des netbooks, ces mini-ordinateurs vendus autour de 300 euros et destinés essentiellement à un usage d'Internet. En baissant ses prix sur ses gammes Mac (PC de bureau) et Macbook (portables), Apple a mécaniquement amplifié la baisse du chiffre d'affaires (- 8 %). Ces choix vont affecter les marges d'Apple, qui a donc annoncé des prévisions prudentes pour le quatrième trimestre. L'entreprise parie sur un bénéfice net par action entre 1,18 et 1,23 dollar, contre 1,35 dollar au troisième trimestre, pour un chiffre d'affaires compris entre 8,7 et 8,9 milliards de dollars. Sa marge brute serait alors de quelque 34 %, contre 36,3 % sur le troisième trimestre.