Le terminal 3 de l’aéroport parisien Roissy - Charles-de-Gaulle était bloqué hier matin par 214 passagers en colère. La principale raison de leur action : un retard considérable de six vols à destination du Maroc. Les passagers étaient censés décoller depuis l’aéroport d’Orly à 11 heures samedi matin via la compagnie Atlas Blue. Mais en raison d’une grève des pilotes de la compagnie Royal Air Maroc, ils ont été transportés vers Roissy à plus d’une heure du matin. A 5 heures, les passagers, forts mécontents, ont délibérément refusé d’embarquer en invoquant des raisons de sécurité. Ils ont alors bloqué le terminal 3.

Après avoir finalement parlementé avec les forces de l’ordre, la situation s’est dégagée aux alentours de 8 heures du matin. Les passagers ont accepté de prendre un autre vol pour le Maroc.

Depuis le mercredi 22 juillet, 17 heures, l’Association marocaine des pilotes de ligne a diffusé un communiqué informant son intention de poser des arrêts de travail. La veille, une réunion avec la direction avait tourné court et les négociations étaient au point mort.

Les pilotes déplorent le manque de Marocains au sein de la compagnie. Ils demandent une « marocanisation » de la fonction de commandant de bord et l’arrêt du recrutement des pilotes étrangers.

Une habitude…

Ce n’est pas la première fois que la compagnie Royal Air Maroc a à subir la colère de ses passagers. Les récents mouvements de salariés au sein de l’entreprise avaient déjà créé des tensions à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, le 14 juillet. Les 137 passagers devaient embarquer à 11 h 50 sur le vol AT 9.795 à destination de Marrakech. Lors de l’enregistrement des bagages, une hôtesse les informe que l’appareil ne s’est pas présenté sur le tarmac. Il est retenu à Paris pour de prétendues raisons techniques. Comme les passagers de ce 26 juillet, ceux du 14 ont décidé de bloquer le guichet d’embarquement. Ils seront finalement délogés par les autorités « musclées » de l’aéroport. Les passagers embarqueront finalement à 20 h 15, pour arriver tard dans la nuit à Marrakech après une escale à Madrid. Deux ans plus tôt, même aéroport, même compagnie et même problème. Les passagers avaient cette fois patienté plus de 24 heures avant de pouvoir s’envoler.

A Roissy, les passagers excédés, et pour certains assis par terre avec des enfants, ont finalement été évacués dans le calme par les forces de l’ordre prévenues par Aéroport de Paris. En bloquant le terminal 3, en s’asseyant devant, les passagers dominicaux ont également retardé entre 5 et 7 vols. Depuis, le calme est revenu à Roissy.

Francesoir.fr